La Table de travail Turcot rejette l’idée d’autoroutes en remblais

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La nouvelle version du projet de reconstruction de l’échangeur Turcot présentée au début du mois par le ministère des Transports du Québec ne trouve pas grâce aux yeux des membres de la Table de travail Turcot, un comité conseil composé d’experts en environnement, en transport et en urbanisme. Ils rejettent, entre autres points, l’idée d’aménager des autoroutes en remblais. Ils ont adressé aux ministres des Transports, de l’Environnement et des Affaires municipales une lettre dans laquelle ils réclament des changements en profondeur.

La Table de travail Turcot rejette l’idée d’autoroutes en remblais

La TTT appuie du même souffle la Ville de Montréal qui, l’automne dernier, a demandé au ministère des Transports (MTQ) de réévaluer le projet.

Le groupe d'experts au sein duquel on trouve l’architecte Pierre Brisset, l’écologiste Daniel Breton, l’urbaniste Jean Décarie et Jody Negley, membre fondatrice du Comité des citoyens du village des tanneries, s’oppose au rabaissement de la chaussée sur remblais. Selon eux, cette option aurait des impacts majeurs: triplement de l’emprise au sol forçant la démolition d’immeubles, création d’enclaves, pollution atmosphérique plus près de la population, pollution par le bruit, etc.

La TTT, qui demande que la Ville de Montréal soit maître d’œuvre du projet, recommande de conserver l’échangeur en hauteur en renforçant la structure existante. L’idée a été avancée le 5 mars lors de la présentation de la nouvelle version du projet par le MTQ. Mais Alain Marc Dubé, directeur du bureau de projet Complexe Turcot au MTQ, a écarté cette option pour des raisons techniques, insistant sur le fait que l’échangeur est arrivé au terme de sa vie utile.

La TTT critique également la place réservée au transport collectif et actif dans le projet. «Compte tenu que la mobilité durable est maintenant comprise comme un élément essentiel dans la lutte au changement climatique, Montréal et Québec doivent revoir rapidement leurs priorités et leurs ressources en faveur de modes de transport plus durables», estime Pierre Gauthier, professeur en urbanisme à l'Université Concordia et membre de la TTT.

La TTT propose la création d'un comité de gouvernance en transport qui aurait une approche globale du réseau de transport de la région métropolitaine.

Aux yeux des membres de la TTT, l’importance du projet et ses impacts possibles devraient commander «l’élaboration d’un méga plan particulier d’urbanisme par une table de concertation réunissant tous les acteurs concernés, publics et parapublics, corporatifs, associatifs et citoyens». (A.D.)

Organisations: MTQ, Ville de Montréal, Ministère des Transports Groupe d'experts au sein Comité des citoyens Université Concordia

Lieux géographiques: Complexe Turcot, Montréal, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires