La Génération Purrell

Marc
Marc André
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça y est ! Les Fêtes sont passées et personne n’en est mort ! Pas de la grippe en tous les cas. Ni de la traditionnelle, ni de l’autre. Et c’est tant mieux !

La Génération Purrell

Voilà des mois que les distributeurs à Purrell poussent un peu partout sur les comptoirs et les murs d’édifices commerciaux. On se donne le poing plutôt que la main, on fuit les gros becs mouillés des « matantes » et des clientes trop collantes, sans oublier de se donner sa dose de lotion gluante sécurisante ! Elle est devenue beaucoup plus sécurisante pour l’esprit qu’elle l’est pour se défendre de quelconque attaque virale terrifiante ! Parce que nous vivons tout ça pour quoi? Pour un gros pétard mouillé gonflé par l’ardeur de journalistes qui préfèrent être en recherche de sensationnalisme qu’être en recherche d’emploi ! Le Québec a le plus haut taux de vaccinés au Canada... et le plus haut taux de fatalités aussi (...). Enfin !

Ceci étant dit, je crois que plus nous évoluons comme civilisation, plus nous devenons aseptisés. On se lave les mains à tout bout de champ, on vaporise nos casiers, on se « purrellise » les mains - et parfois même plus, et pas plus tard qu’hier je me suis fait demander de porter un masque par un médecin alors que je n’avais que la gorge enroué - comme il m’arrive souvent si je ne parle pas pendant plus d’une heure...

Probablement que certaines précautions en valent la peine. Mais quand fut la dernière fois où nous avons été aussi vigilent envers les pensées qui traversaient notre esprit? Les paroles que nous avons eues pour nous-mêmes et envers autrui? La qualité et la direction réelle des actions que nous avons portées? La nourriture et les liquides que nous avons choisis de consommer pour alimenter notre temple personnel unique? Et le cercle d’influence que nous choisissons de nourrir? Nous sommes davantage pollués de l’intérieur que de l’extérieur. Ce fameux virus AH1N1... ne vient-il pas d’une porcherie au Mexique où le commerçant en faisait trop par rapport à sa capacité réelle de production? Le problème n’est pas le virus. Le problème n’est pas le porc. Le problème ici vient de l’avidité de l’Homme. Le problème vient de l’intérieur.

Apprenons à améliorer le ratio de nos pensées – qui frôle 77% de pensées négatives – un peu plus chaque jour. Tentons d’avoir des paroles impeccables et édifiantes en tout temps autant à notre égard qu’avec autrui. Assurons-nous de passer à l’action chaque jour dans la construction de nos projets et de nos rêves, sans oublier d’en garder quelques-unes pour ceux qui en ont besoin et qui n’en ont pas les moyens présentement.

La vraie Génération Purrell sera celle qui vaincra les poisons les plus nocifs à son développement, les parasites qui sont nés et sans cesse nourris par l’Homme. Allez ! Un petit coup de Purrell et on se frotte les pensées, les paroles et les actions ! Bonne année 2010 !

Lieux géographiques: Québec, Canada, Mexique

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires