Réinventer Douglas en six ans pour 330 millions $

Alexandre Gauthier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Rencontres d'informations les 25 et 26 juin

Un seul complexe de services intégrés serait construit sur 25 acres de terrain de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, sans toucher aux bâtiments actuels, selon un projet de renouvellement des installations qui sera déposé au gouvernement du Québec. Deux rencontres d'information sont d'ailleurs prévues le 25 juin, en anglais, et le 26 juin, en français, à 19h, au pavillon Dobell.

«Nous voulons expliquer clairement, via un processus transparent, notre projet à la population pour qu'elle le comprenne et l'appuie», affirme Kimberly Eyquem, consultante en communication à l'Institut Douglas. Il faut dire que le coût de construction projeté est de 250 millions $, plus 80 M$ pour les honoraires d'architectes, l'équipement et le mobilier, pour un total de 330 M$. «Les travaux débuteraient dans cinq ans, au minimum, si les approbations sont obtenues dans les délais requis», précise la consultante.

Étude de préfaisabilité

Selon les conclusions du rapport d'une étude de préfaisabilité commandée par le conseil d'administration, les bâtiments actuels ne répondent plus aux besoins de la santé moderne et leurs rénovations commanderaient des coûts égaux ou plus élevés que de nouvelles installations.

L'étude recommande donc de bâtir un seul complexe de services intégrés avec des cours intérieures et des lieux communs. Il serait situé à proximité du boulevard Champlain, au coin de la rue Stephens. La garderie qui s'y trouve serait éventuellement relocalisée et même agrandie.

L'emplacement choisi du futur complexe permettrait à l'Institut de poursuivre ses activités pendant la construction. Une étude de patrimoine des bâtiments sera ensuite menée pour identifier ceux qui ont une valeur historique et qui, par conséquent, devraient être préservés.

Plus de 300 patients, employés, partenaires communautaires en santé mentale ainsi que des représentants des gouvernements local et provincial ont été consultés pour l'étude de préfaisabilité.

Santé moderne

Conçu pour servir d'asile en 1881, puis nommé Hôpital Douglas en 1960, il est désigné Institut universitaire en santé mentale Douglas, en 2006, reconnaissant ainsi son expertise dans la recherche et l'enseignement. «Nous avons 46 chercheurs principaux avec leurs équipes, dont trois sont les plus cités dans le monde en santé mentale, en plus d'enseigner à 250 stagiaires par an grâce à une affiliation avec l'Université McGill», précise Ronald Sehn, directeur des services techniques à l'Institut Douglas.

Ce dernier estime que la vétusté des 33 bâtiments, dont 60% d'entre eux ont plus de 70 ans, engendre d'importantes limitations de sécurité et d'application des pratiques modernes. «Notre personnel perd 15% de son temps en déplacement en raison des services répartis dans les bâtiments actuels. Par exemple, les services ambulatoires se trouvent dans sept bâtiments. Notre projet les place à proximité des différentes unités de soins et des centres de recherche et d'enseignement pour aussi favoriser le partage d'expertise et le transfert de connaissances. Bref, l'environnement proposé s'adaptera mieux à l'évolution des pratiques cliniques et de la recherche», explique M. Sehn.

Rencontre sur réservation

Comme les rencontres d'information prévoient une visite des lieux, les places sont limitées à 30 personnes par soir. L'inscription à l'avance est donc obligatoire et s'effectue par courrier électronique à l'adresse imagine@douglas.qc.ca ou par téléphone à Catherine Girardin au 514-761-6131, poste 6138. Pour plus d'informations, visitez www.douglas.qc.ca.

Organisations: Institut Douglas, Hôpital Douglas, Institut universitaire Université McGill

Lieux géographiques: Boulevard Champlain, Rue Stephens

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires