Le tour de l’île… en kayak!

Philippe
Philippe Boisvert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un groupe de sept aventuriers a réalisé l’impensable en faisant le tour de l’île de Montréal en kayak. Un périple de 150 km qui aura duré quatre jours au total.

«Il y a eu des moments d’épuisements, mais on s’est tous rendus! », a résumé le Villerois Alain Loiselle, l’un des membres de l’expédition.

Assaillis par les photographes, les kayakistes affichaient un large sourire à leur arrivée. Ils étaient partis le 6 mai du marché Atwater, en direction ouest, et ont su surmonter les caprices de Dame Nature pour revenir au point de départ, quatre jours plus tard, soit le 9 mai.

Les kayakistes ont eu du beau temps, mais le vent printanier était de la partie. Ils ont du pagayé une dizaine d’heures quotidiennement pour terminer leur tour de l’île.

Les aventuriers ont pagayé dans le canal de Lachine, la partie la plus facile, avant d’emprunter le lac Saint-Louis, puis le lac des Deux-Montagnes, deux portions où les eaux peuvent être très agitées. Le groupe est ensuite remonté jusqu’à la pointe est de l’île de Montréal, de par la rivière des Prairies. Un portage a été nécessaire pour traverser le barrage hydroélectrique.

Après avoir « tourné le coin », les kayakistes sont revenus vers l’ouest en longeant les berges de Pointe-aux-Trembles et du sud-est de la métropole.

« Ça a été difficile, mais je crois que personne n’a pensé à abandonner. Je le suggère à tous mes amis, ainsi qu’à tous mes ennemis », a ajouté Alain Loiselle, pince-sans-rire.

Au cours de leur expédition, les kayakistes ont eu l’occasion de découvrir de nombreux paysages.

« C’était une aventure intense sur sa totalité. On a pu voir toutes sortes de belles choses, comme lorsqu’on passe du canal de Lachine, qui est très étroit à sa fin, et que l’on traverse dans l’immensité du lac Saint-Louis. L’arrivée à la rivière des Prairies est également magnifique. J’ai pu découvrir toute la portion est de l’île, que je ne connaissais pas du tout auparavant », a confié Anne Pélouas, résidente du Plateau Mont-Royal.

La Route bleue

Le groupe de sept kayakistes a effectué le tour de l’île afin de souligner le lancement de la Route bleue du grand Montréal.

La Route bleue du grand Montréal permet aux amateurs d’embarcations de plaisance non-motorisées de faire le tour de l’île et de ses berges, en tout ou en partie.

Au total, une carte de 150 km de voies navigables, 80 sites d’arrêts autorisés, neuf lieux de location, ainsi qu’un code d’éthique sont répertoriés dans le guide de la Route bleue, téléchargeable gratuitement sur www.routebleue.com.

Le président de l’organisme Accès Fleuve, Michel Marois, espère que les plaisanciers seront nombreux à tenter l’aventure.

« Les gens vont redécouvrir le fleuve, et c’est important qu’ils se le réapproprient. On oublie trop souvent que Montréal est une île, et que nous sommes entourés d’eau. Les gens vont découvrir que nous avons des paysages riverains qui n’ont rien à envier à ceux du Bas-du-fleuve », a-t-il argué, vantant la mixité entre le paysage urbain et le paysage naturel des berges de la métropole.

Lieux géographiques: île de Montréal, Rivière des Prairies, Deux-Montagnes Pointe-aux-Trembles Passe du canal de Lachine Plateau Mont-Royal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • real dansereau
    10 mai 2011 - 07:17

    y a t il une action benevole que je puisse faire...je possede un zodiac de 13 pieds avec moteur 9.9....pour accompaqner des groupes